En janvier dernier, Patrice Roissac avait fini le Dakar mais non classé. Photo Le DL/Michel LOUIS

Après l’Argentine en 2016 et l’Arabie saoudite en janvier dernier, Patrice Roissac va participer à son troisième Dakar. Toujours au côté de l’Oyonnaxien Jean-Pascal Besson avec lequel il court depuis 11 ans, il sera cette fois-ci embarqué dans un SSV Kinroad Can-Am, plus élargi et plus allongé que celui de 2021 mais toujours avec 180 chevaux sous le capot.

Les deux hommes se connaissent bien et outre le Dakar cette année, ils ont aussi participé à l’Andalucia Rally en mai dernier (25e au général et 4e de la catégorie T3, ndlr) et plus récemment, début novembre, au Tunisia Desert Challenge : « Nous sommes passés tout près de la victoire avec notre buggy mais le but était aussi de prendre nos marques, souligne Patrice Roissac, désormais rodé aux pistes et aux pièges des dunes. Lors du dernier Dakar, on a connu pas mal de soucis mécaniques avant la journée de repos. On a franchi la ligne d’arrivée, mais sans être classés. Cette année, on espère donc être plus chanceux. En tout cas, l’expérience va encore une fois être la clé de la réussite.  »

« Je cours entre 100 et 150 kilomètres par mois »

Pour cela, le copilote qui est originaire des Ollières-sur-Eyrieux, a mis tous les atouts de son côté afin d’être opérationnel dès le départ : « Je cours entre 100 et 150 kilomètres par mois, indique-t-il. Mine de rien, le Dakar, c’est physique. Il faut être attentif et réactif en permanence. Il y a un mois tout juste, j’ai participé à la SaintéLyon, en version sprint, sur 23 kilomètres. C’est là aussi que tout se joue.  »

A 51 ans, Patrice Roissac sait que le rôle du navigateur est primordial dans le désert : «  en fait, le binôme doit être en parfaite osmose, souligne-t-il. La confiance doit être totale et réciproque.  »

Avec 55 équipages en catégorie SSV, il sera bien difficile de se frayer un passage au tableau d’honneur. Cela dit, un top 10 n’étonnerait personne…

Source : le Dauphiné >>


Patrice Roissac (à l’arrière-plan) et Jean-Pascal Besson ont été victimes hier d’un violent accident sur les routes du Dakar.

5 janvier

Dakar : l’Ardéchois Patrice Roissac héliporté après un accident grave

Le Dakar 2022 s’est écourté plus vite que prévu pour l’Ardéchois Patrice Roissac et son pilote Aindinois Jean-Pascal Besson.

En effet, lors de l’étape de ce mercredi qui ralliait Al Qaisumah à Ryadh (707 kilomètres dont 465 kilomètres de chrono), l’équipage a été victime d’un violent accident.

L’Oyonnaxien a eu la clavicule cassée tandis que l’Ardéchois originaire de Guilherand-Granges a dû être transporté en hélicoptère et admis dans un hôpital de la capitale Saoudienne pour des examens complémentaires. Ses jours ne sont cependant pas en danger.

Posté le 1 janvier 2022